l'asile.fr


7

Rome menacé par la plus grave crise hydrique de son histoire moderne

de gwendal , le 25 juillet 2017 à 12:10 - (lemonde.fr) - commenter
44% de l'eau perdu sur le chemin avant d'arriver à Rome, c'est quand même pas mal. A force de laisser les choses sans rien faire, on en arrive à des situations limite catastrophique.

Proposer une brève

Détail des votes

Il y a 7 pour et 0 contre. Ce qui fait au total 7 votes.

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Vous devez être identifié pour poster un commentaire.

# 12:23:07
(hohun) Ou tu refuses de payer ton loyer jusqu'à ce que quelque chose soit fait
# 12:22:47
(hohun) 10:53:05 aucun extincteur...? Heu...faut lancer un recours en justice là, c'est super dangereux. Faudrait pas que ça finisse comme à Londres...
# 10:53:05
(groove_salad) Ah oui je n'ai donc plus rien pour laver mes fringues et il n'y a pas de laverie à Eindhoven. Génial. Vu que l'agence de loc est aux abonnés absents, on n'aura pas de nouvelles machines. Je vais faire un peu clodo maintenant.
# 10:51:18
(groove_salad) 10:48:17 Et problème, si ça part en feu, ce n'est pas aux normes, on n'a aucun extincteur ici. JOIE !
# 10:50:05
(groove_salad) Vu que l'agence de location ne répond jamais au tel ni aux mails et a fermé comptes Facebook / Twitter, à la rentrée, je vais poser discrètement une caméra IP en bas. On ne sait pas encore qui est le connard qui a fait ça, mais je vais le toper ce bâtard.
# 10:48:17
(groove_salad) Tous les câbles sont à nus mais heureusement il n'y a pas eu de départ d'incendie. Franchement, c'est un miracle vu l'état du système électrique ...
# 10:47:00
(groove_salad) 20:34:23 Je suis solidaire et je ne pensais pas que c'était possible ici. Un mec a pété les plombs dans la maison ou je vis et à détruit machines à laver/sèches linge dans la partie commune. On a eu beaucoup de chance.
# 10:13:54
(Selune) 00:01:19 ou de bonne famille
# 00:01:19
(LeChat) *sauf s'il est fils d'un politique
# 23:51:04
(hohun) 20:34:23 en vla un qui va se prendre 5 ans de taule pépère
lire la suite de la tribune