l'asile.fr


Un film que vous n'avez pas aimé.

Invisible Man


Qu'est ce qui est intéressant dans un homme invisible tueur ?
Que l'impunité grisante d'une telle situation le fasse progressivement céder à ses pulsions.

Même Hollow Man abordait ce thème avec plus de finesse.

Là on suppose que le gars est un cinglé avant, il est un cinglé pendant et on ne voit aucun développement de son personnage.
Pour le coup, le personnage est vraiment invisible.


Qu'est ce qui intéressant quand un personnage se fait harceler par quelque chose que les autres ne voient pas ?
D'entretenir le doute pour le spectateur et/ou la victime, au moins dans un premier temps.

Candyman, par exemple, jouait sur cette ambiguïté avec bien plus de classe.

Là, rien de tout cela. Et même quand elle tombe sur des preuves elle ne s'en sert pas (téléphone avec photo d'elle dormant, la combi qu'elle retourne chercher et on ne sait pas trop pourquoi elle retourne se cacher dans le dressing plutôt que de s'enfuir avec)

Qu'est ce qui est intéressant dans la représentation d'une relation abusive ?
De voir pourquoi la victime y retourne, comment elle se laisse manipuler émotionnellement par les sentiments qu'elle possède encore pour l'abuseur.

Encore une fois, rien de tout cela. Aucune évocation d'une quelque relation autre qu'un slasher boogeyman/victime. D'ailleurs si le plan du mari était qu'elle revienne vers lui avec l'enfant, il est complètement farfelu. La seule chose qu'on nous dit c'est qu'il a du "contrôle" sur elle uniquement basé sur la peur.

Qu'est ce qui est intéressant dans un twist ?
Qu'on comprenne ou qu'on nous montre comment il a pu avoir lieu.

Là on ne sait pas vraiment comment il a pu convaincre son frère de tuer et de se faire tuer pour lui. Encore une fois on nous sort l'excuse du "contrôle", comme un deus ex machina qui ne sert que le rebondissement au mépris du développement des personnages et des relations.

Les jump scare sont téléphonés, les effets sont déjà vus ou sous utilisés, pluie qui ne sert pas à grand chose, café répandu sur le sol et qui ne sert à rien car elle décide de changer d'avis en appelant son téléphone (car bien entendu il y avait de fortes chances qu'il ait son téléphone dans sa combi alors qu'en plus il était déclaré mort depuis plusieurs semaines). On nous montre dés le début un extincteur sous l'évier qui ne sert qu'à la fin alors qu'il y a une grosse scène au milieu ou elle aurait pu s'en servir, etc... etc...

Bref, tout est utilisé au détriment de la logique pour servir l'intrigue au moment opportun.

Mais ça ce sont des choses sur lesquels je n'ai pas l'habitude de chipoter, mais quand un film passe le plus clair de son temps à éviter tout ce qui pourrait avoir un intérêt de développer, et bien ça devient usant, vain et artificiel.

La volonté d'ancrer le film dans une thématique réaliste ne fait que mettre en évidence toutes les lacunes dans le développement de ses thèmes. Même un Hollow Man qui était plus "cartoonesque" et exagéré avait finalement plus de réalisme dans son exécution et dans l'écriture de ses personnage.

Au final, le film n'apporte rien au thème, rien au genre et se contente de mettre en scène des situations convenues en se dispensant de les écrire convenablement.

Upgrade était pas mal mais les bonnes idées étaient un peu gâchées par des problèmes similaires, là c'est juste nul et je ne comprend pas son succès critique.
En même temps venant du scénariste de la moitié des Saw et des Insidious, il fallait un peu m'y attendre (mais au moins dans Saw il y avait un aspect ludique whodunit qui se prêtait à des retournements improbables et un développement stéréotypé des personnages).


samedi
03 octobre 2020 à 19:23
 
 

Sinister

Je fais en sorte de ne presque rien savoir d'un film avant de le regarder, je ne regarde même pas le synopsis ou le trailer, je me contente de voir si il revient régulièrement dans des listes de films conseillés, je jette un coup d'œil à la note imdb et roulez jeunesse.

Et bien il y a des films qui me font reconsidérer ma méthode pour m'éviter de subir 2h à rouler les yeux de désespoir.

J'aurais du mal à déterminer si Sinister est un bon représentant de son sous-genre, c'est probable, Ethan Hawke n'est pas le pire acteur qu'on puisse trouver dans ce type de films, la musique n'est pas trop mauvaise, il y a quelques images horrifiques qui fonctionnent, mais putain... le moins que l'on puisse dire c'est que je ne suis pas le public de ce type de formule.

Disons le tout de suite, Sinister est un screamer found-footage paranormalo/occulte, le genre de truc avec des enfants au bout du couloir qui essayent de prendre un air creepy en mettant le doigt sur leur bouche pour faire "chut". Tous les clichés y passent, les bruits pas dans le grenier, les photos qui s'animent, les "j'suis caché derrière toi" ou à la fenêtre, mais surtout ! SURTOUT! Ces putains de jumpscare de merde sur fond de crissement de violons qui vrillent les tympans, tu le sais qu'il va y avoir un masque d'halloween nul à chier qui va bondir sur l'écran, ça fait deux secondes qu'il n'y a plus de bruit, qu'il ne se passe rien et qu'il fait tout noir derrière le gars tout seul.

Bon bah pour ceux qui trouvent que c'est une grande expérience que de souffler dans un ballon de baudruche en attendant qu'il explose, qui pensent que c'est ça le summum de la peur, la surprise de quand va arriver le truc chiant, je recommande l'achat d'un jack in a box, le visionnage d'une playlist de screamers sur youtube ou de traverser la route en fermant les yeux.

Ne vous méprenez pas, j'aime beaucoup de choses dans le cinéma d'horreur, j'aime l'inventivité qu'il peut permettre dans la mise en scène, dans l'esthétique. J'aime voir des univers dérangeant et des ambiances oppressantes. Alors oui, en plus des jumpscares je n'ai pas non plus un grand amour pour les films de fantômes, les amytiville, ring et compagnie c'est pas du tout ma came. Mais je crois que le pire c'est les enfants fantômes, je n'arrive pas à trouver cela autre chose que ridicule, quand je vois un enfant aux cheveux gras qui penche la tête en faisant des yeux de méchant, je pouffe un grand coup et suis pris d'une irrésistible envie de le renvoyer dans sa chambre avec un coup de pied au cul.

Et pourtant j'avais été surpris par un film plus tôt dans l'année, Hereditary de Ari Aster, pourtant y'a un gosse chelou, pourtant y'a de l'occultisme et du démon mais au moins y'avait de vrais idées de mise en scène et une construction des personnages qu'on voit rarement dans le genre. Peut être aussi car le film traitait correctement le deuil et la recherche de sens avant de balancer du surnaturel, même un sceptique pouvait ne pas se sentir pris pour un con car, pour moi, c'était bien amené et ça ne reposait pas que sur les plombs qui sautes, les rires d'enfants et le chat qui bondit à +200db.

Là le film repose tellement sur de grossiers effets de surprise qu'à un moment j'ai pété, bravo film ! Curieuse façon de prendre littéralement aux trippes, cinématographiquement bof mais gastriquement j'ai au moins vécu une expérience.

Le dernier plan montre que le film n'a même pas honte, après un dernier travelling arrière dont la longueur ne trompe personne, le boogeyman bondit du coin de l'écran en mode "coucou ! Tu veux voir ma bite !" ou "TOASTY!" de mortal kombat, là j'ai pas fait caca, j'ai juste delete en regrettant de ne pas être une adolescente de 15 ans.

A mettre aux côtés d'Insidious, Paranormal Activity et autre Conjuring, dans un sac albal avec la litière du chat.

Prévenez-moi si y'a d'autres machins comme ça à éviter, que je puisse garder ma méthode no-spoil sans me farcir un tour de train fantôme.

nb : une petite liste des films d'horreurs que j'aime bien (certains plus que d'autres, bien sûr).
Candyman, Videodrome, La mouche, Pulsion, Maniac, Hellraiser 1/2, Mandy, Zombie (de romero), Scream 1, Sisters (Depalma), Dernier train pour Busan, Evil Dead 1/2/3, la cabane dans les bois, Cabin Fever, Hostel 1/2, Braindead, Midsommar, Hereditary, l'antre de la folie, From Beyond, Re-animator, Audition, Suicide Club, the Thing, Get Out, Carrie, Mimic, I saw the devil, Bone Tomahawk, hobo with a shotgun, Identity, Tokyo gore police, drag me to hell, from dusk till dawn, the chaser, house of the 1000 corpses, Devil's rejects, massacre à la tronçonneuse 1, thirst, the wailing, scanners, dracula (coppola), jacob's ladder, dead ringers, la féline, hausu, ready or not, killer klowns from outer space, frailty et même le premier Saw

Et dernièrement Possessor du fils Cronenberg était pas trop mal et même The Mortuary Collection avait quelques bons moments (en mode contes de la crypte)
J'ai une tolérance pour certains slashers un peu cheap genre Vendredi 13, sleepaway camp, destination finale 1/2 ou Freddy, ou de petits films à concept ou twist genre Triangle et Happy Death Day.


mardi
10 novembre 2020 à 06:51
 
 

Sinister je l'ai trouvé dommage ce film. Y'avait du potentiel mais ça s'essouffle assez rapidement, ça m'a laissé l'impression du réalisateur qui n'a pas eu la possibilité (ou la capacité) pour mener son trip jusqu'au bout. Du coup on retombe dans le film typique hollywoodien plein d'écueils. Vraiment dommage.


mercredi
11 novembre 2020 à 09:07
 
 

Bah pour être honnête les scènes en 8mm avec la musique cheloue y'a quelque chose, j'aurais peut être préféré que le réal entretienne le doute sur le fait que le protagoniste ait des hallucinations à force de s'exposer à des scènes traumatisantes, qu'on ne sache vraiment pas si il se faisait des idées pendant la moitié ou les 3/4 du film.
Mais au lieu de ça on le voit juste déambuler pendant tout le film dans une maison vraiment mal éclairée et la peur ne se repose que sur des jumpscares à la limite du ridicule avec des enfants en slip, des maquillages d'halloween et des gros bruits qui font sursauter.

Le film réussissait à mettre mal à l'aise avec les films de scènes de crimes et tout le soufflé retombe à cause de clichés éculés. Au bout de 20 minutes je n'avais plus peur, j'étais juste agacé de me faire malmener les tympans pour appuyer des effets de surprise assez cheap.


Dernière modification le 11/11/20 à 18:34 par Swan
mercredi
11 novembre 2020 à 18:31
 
 

Adieu les cons

de Albert Dupontel





Les aberrations de Dupontel ne soulèvent ici aucune critique sociétale tandis que son côté absurde se retourne très vite contre les personnages, inconsistants, qui deviennent les véritables cons de cette histoire. Tandis que les "cons" ne sont que des caricatures grossières mis en scène sans aucun sens de la nuance et d'humour (sic).

Au vu de la faiblesse de l'écriture, de la naïveté abusée de l'histoire, de l’esthétique à la truelle, de la moral antipathique et du script plagié*, il m'a fallu 15 minutes de film pour comprendre que Dupontel n'avait réalisé ce navet que dans l'unique but d'embauché Virginie Efira pour pouvoir la galocher à la fin.

Subtil.

Par contre les 7 récompenses au César sont un peu moins subtils.

En même temps après avoir récompensé Polanski pour son film le plus insipide de toute sa carrière, cette académie représente sans doute quelque chose ou quelques uns mais surement pas le cinéma français.


Au vu des chef d’œuvres que Dupontel nous a fourni par le passé, ceci démontre et comme souvent qu'il n'y a pas de "bons cinéastes", il n'y a que de bonnes idées, que des fulgurances mais l'Homme, lui reste toujours moyen.


* dans le même genre (ou pas), allez voir plutôt


Dernière modification le 31/03/21 à 00:16 par Pisto
mardi
30 mars 2021 à 22:15
 
 

Le Patient anglais (1996).

Prétentieux, décousu, personnages sans consistance. En plus l'idylle a assez mal vieilli.

Je me suis royalement fait chier. Y'avait du potentiel mais ça s'écrase plus vite qu'un biplan criblé par de l'anti-air.


mardi
18 mai 2021 à 18:11
 
 

The Wave (Bølgen)
de Roar Uthaug



Bon spoil parce que toute façon vous ne verrez pas ce déchet de film catastrophe norvégien.

Alors tout commence par des images d'archive réelle d'une submersion après un éboulement rocheux qui a eu lieu en 1934 et qui tua 40 personnes... donc les gars bien au courant du problème.

Tellement au courant que le film commence par la présentation d'une équipe de 5 personnes dédiées à la surveillance d'une écaille rocheuse qui risque de s'effondrer à tout moment.

Bien que tout indique une rupture imminente de cette dernière comme la section des câbles de mesures, nos chers savants (sauf le héro qu'on appellera Krissprols et qui fait aussi parti de cette team de winner) se disent qu'il faut mieux pas affoler la population (Krissprols se laisse convaincre: ha oui je panique pour rien dit donc).


Attention 2eme alerte sur les moniteurs. Les indices s'accumulent mais au lieu de se dire que ça sent le caca quand même et de faire évacuer, nos amis géologues de comptoir vont aller voir dans l'écaille rocheuse si c'est pas un problème technique. Bon ils meurent évidemment et on ne ressent pas vraiment d'empathie pour eux.


- c'est quoi ces gros cailloux qui nous tombent dessus Grisbruh ?
- T’inquiète pas Burt, c'est normal tout va bien


Donc déjà la 1ere demi heure peut se résumer ainsi : 5 personnes surveillent une énorme montagne qui peut s'écrouler, ils ont tous les indices d'un danger imminent, mais se disent que c'est qu'un pb technique et que, je cite: "la montagne est stable, tout va bien". Donc déjà à ce niveau du film t'as mal à la tête et tu te dis qu'avec l'argent de ce navet ils auraient mieux fait de faire un festival de Chips à la morue.

L'éboulement provoque une vague de 80m de haut qui se propage dans le fjord norvégien. C'est beaucoup, pas crédible mais ça pête. Krisprolls accompagné de sa fille tente de fuir en voiture sur les routes de montage. Mais comme une idée est bonne que si tu es seul à l'avoir, ça provoque une embouteillage et tout le monde est bloqué. Impatient et finalement pas si bête, Krisprolls sort de la voiture avec sa fille et cours sur la route en criant à ses congénères un peu plus mou qu'il faut se bouger le cul. Mais là, le drame, un gars qui devait avoir son pied sur le frein depuis 5 bonnes minutes sort sans breaker. La voiture part en arrière et bloque les jambes d'une femme. Que faire? l'aider ? Krisprolls donne sa fille à quelqu'un, monte dans la voiture, fait 50 cm et libère la femme. ça à prit 10 secondes en tout mais trop tard pour eux, la vague arrive, et ils décident donc de rentrer dans une voiture pour se protéger. Après un fort impact et chahutage, Krisprools se réveille au sec, mais sa camarade morte. C'est con. Il remonte et retrouve sa fille dont on comprend pas trop comment elle s'en est sortie vu qu'elle était littéralement à 20m devant eux.

Pendant ce temps, Krisprollette (la femme de Krisprolls), hôtesse dans un hôtel ne trouve pas leur fils. Prit d'un magnifique élan de courage, une cliente et son mari décident de l'aider à le retrouver dans l’hôtel alors que le bus des clients s’apprêtent à partir. Ce qui est une bien belle idée car en se séparant et cherchant chacun de leur côté, ils ont évidemment bien plus de chance de le.... ha non pardon ils se suivent.. oui oui, les 3 débiles ne se séparent pas mais restent groupés et en une fraction de seconde, leur courage se transforme en véritable connerie pathétique.

Ils finissent (tous les 3) par retrouver le gamin qui a bien hérité du gène norvégien de stupidité: il faisait du skate depuis 30 minutes dans un couloir obscur dans les baffons de l’hôtel en écoutant de la musique avec des écouteurs... improbable situation qui sort d'un brainstorming de 2 neurones pas connectés.

- bon alors il faut que le gamin: 1/ ne réponde pas au téléphone, 2/ soit introuvable et 3/ n'entende pas l'alarme de l'hotel, une idée?
- bah oui ... c'est évident ! : il fait du skate en écoutant de la musique dans les caves de l’hôtel


- quel génie !


Bref l'eau s’engouffre et ils décident de se réfugier dans l'ancien abri anti aérien de l’hôtel (bah ça ça tombe bien).


- bon finalement, ça sent le crachin, on va rerentrer dans l’hôtel du coup

Bon la femme courageuse glisse et loupe la porte, à ce stade on se dit bon bah tant pis. Nos 3 derniers protagonistes referment la porte mais elle n'est pas étanche et ça fuit de partout, l'eau monte et ils se retrouvent au plafond avec plus beaucoup d'air. Le mari de la surfeuse/plongeuse qui a loupé la porte est prit de panique et décide par on ne sait quel pétage de neurone de noyer le chérubin de miss Krisprolls. Bon finalement, elle le tue en lui coinçant la tête sous l'eau. Bon bah tant pis pour lui aussi.

Krisprolls qui s'est remis de ses émotions, trouve une barque (?) et vogue sur un étang calme (??) jusqu'à l’hôtel (??). Alors là on comprend que la vague s'est retiré mais à la mode du Chat de Schrödinger: un peu mais pas complètement laissant l’hôtel à moitié sous les eaux, ce qui, comme le chat de Schrödinger, n'a aucun sens au vu du volume de l'éboulement. Et je passerais aussi sur le fait qu'il n'y a aucune raison qu'il aille les chercher à l’hôtel puisqu'ils devaient tous fuir bien avant et qu'il n'est au courant de rien mais bon.

Après avoir jouer aux morses à coup de tuyau, notre héro comprend que des gens sont coincés sous l'eau. Il y va et digne du plus grand Jacques Mayol, nage 20m, retire les 5 morceaux de bétons de 50 kg chacun qui bloquaient la porte de l'abri, retrouve Madame qui était aussi à la porte, se font des papouilles sous l'eau et tout.


- alors chérie, ça va? j'suis super content de te revoir ! l'eau est bonne en plus.

On passera aussi la scène où le fils qui doit nager 10m sous l'eau est pris de son premier moment de panique de l'histoire... le genre de gars à paniquer à la fin quand on lui tend une issue de secours, bref.

Et c'est la fin, ils sortent tous et les Krisprolls sont enfin réunis.


- ha oui mais merde, j'étais en charge de la surveillance du truc moi au faite... ça me retomber dessus cette histoire c'est sûr ...

Comment je suis tombé dessus? j'avais pas d'idée et j'ai demandé à Google les meilleurs films. Oui google c'est de la merde.


Dernière modification le 26/10/21 à 11:43 par Pisto
dimanche
24 octobre 2021 à 19:01
 
 

Ahahah :D

Critique de qualité, j'ai savouré.


lundi
25 octobre 2021 à 09:06
 
 

Selune
#1029 Budmo !

Ma tranche de rire du matin, merci Docteur Pisto !


lundi
25 octobre 2021 à 09:58
 
 

ce qui est drole aussi c'est les super bonnes notes des critiques sur allocine

url : https://www.allocine.fr/film/fichefilm-233552/critiques/presse/

ça sent la mauvaise fois européenne: Ha bah pour une fois que c'est pas les US qui font un film catastrophe de merde !!


lundi
25 octobre 2021 à 14:10
 
 

c'est assez proche de n'importe quel film catastrophe à gros budget.


mardi
26 octobre 2021 à 10:39
 
 

DRUNK
de Thomas Vinterberg



César 2021 : Meilleur film étranger
BAFTA 2021 : Meilleur film en langue étrangère
Oscars 2021: Meilleur film international
Critique Allocine: 4.1/5

un film de Vinterberg avec Mads Mikkelsen, tu y vas confiant quoi.


Mais quel daube !

relisons le synopsis pour avoir une base:

Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure ! Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle.


Alors, faut totalement oublier la théorie du psychologue norvégien qui n'est là que pour donner un leitmotiv au film, rien ne sera centré dessus.

Tout ce qu'on voit c'est 4 quadras, tous avec des problèmes de vies courants et complètement stéréotypés et tous profs dans la même école, qui décident de faire plus la fête et de boire de plus en plus. Jusqu'à arriver complétement bourré en cours. Une sorte de crise mi-ado, mi-quarantaine pas crédible du tout.

C'est tout, ça finit mal pour l'un. Ils vont jusqu’à ajouter du mélo incompréhensible histoire de rendre le film plus formel et voilà.

Et même si Mads Mikelsen, encore une fois a un jeux de regard qui ferait pâlir d’envie n'importe quel comédien de la comédie française, quel daube ce film. C'est long, c'est chiant et le pire, c'est même pas drôle du tout.

Juste l'impressoin d'avoir vu une allégorie du "consommer avec modération" pendant 2h. Alors peut etre que dans des pays où t'as pas l'habitude boire ou que tu bois que de la merde (oui leur base est la smirnoff quand même..) ça a un sens mais je vois pas ce qu'un français peut y trouver.


Je spoil pas trop parce que déjà y'a rien à spoiler mais surtout j'attends quand même d'autres avis. Parce que là je me sens un peu tout seul avec le critique de libération pour dire que c'est de la merde. Et bon libé, c'est libé quoi. Comme Bigard et Lalane, ça te décrédibilise tout.


Dernière modification le 27/10/21 à 10:54 par Pisto
mardi
26 octobre 2021 à 23:59
 
 

C'est La Grande Bouffe mais sans la bouffe ?


mercredi
27 octobre 2021 à 07:48
 
 

hohun a écrit
C'est La Grande Bouffe mais sans la bouffe ?


je te dis ça dès que je l'aurai vu...


mercredi
27 octobre 2021 à 11:19
 
 

Selune
#1035 Budmo !

Pisto a écrit
DRUNK
de Thomas Vinterberg

[...]
Alors peut etre que dans des pays où t'as pas l'habitude boire ou que tu bois que de la merde (oui leur base est la smirnoff quand même..) ça a un sens mais je vois pas ce qu'un français peut y trouver.
[...]



Ca se passe en Norvège ? Parce que dans les pays scandinaves, de ce que j'ai pu voir, ils picolent comme des trous hein, on ne peux pas dire qu'ils n'ont pas l'habitude de boire...


mercredi
27 octobre 2021 à 11:30
 
 

non au danemark mais bon scandinave aussi.

pour moi l'habitude boire c'est justement pas de picoler comme un trou de la chiotte comme de la patate fermentée mais chacun sa définition oui.


mercredi
27 octobre 2021 à 11:32
 
 

Don't Look Up

De la satire complètement vidangée. Quasiment aucune nuance, on dirait un fantasme de collégien révolté qui veut dénoncer à mort, et, sauf si j'ai raté un troisième niveau de lecture, le film finit par devenir ce qu'il critique. On te prend tellement pour un con qu'ils se sont sentis obligés de faire expliquer les "trucs subtils" tout haut par les personnages.

Un film paradoxalement assez condescendant.


dimanche
16 janvier 2022 à 11:04
 
 

Gingembre
#1038 Affreudisiaque

La forme est clairement pas finaude et il y a bien 30mn de trop, mais je ne me suis pas ennuyé et le propos est pas mal rendu. Pis j'aime bien finalement la démarche de ce réalisateur qui avait déjà fait le coup avec The Big Short. S'il faut en passer par là pour sensibiliser certains, why not...


lundi
17 janvier 2022 à 15:48
 
 

hohun a écrit
Don't Look Up


Au bout de 10 minutes j'ai regardé ma moitié. Ma moitié m'a regardée. J’ai regardé ma moitié. Ma moitié m'a regardée.

Bref. On a éteint la télé


mardi
18 janvier 2022 à 15:19
 
 

carwin
#1040 sprattus sprattus

gwendal a écrit
hohun a écrit
Don't Look Up


Au bout de 10 minutes j'ai regardé ma moitié. Ma moitié m'a regardée. J’ai regardé ma moitié. Ma moitié m'a regardée.

Est-ce qu'elle t'a trouvée belle ? ;)


mercredi
19 janvier 2022 à 12:37
 
 

Selune
#1041 Budmo !

carwin a écrit
Est-ce qu'elle t'a trouvée belle ? ;)


Au bûcher les enseignants condescendants ! Blanquer sauve nous !


Dernière modification le 19/01/22 à 15:04 par Selune
mercredi
19 janvier 2022 à 15:04
 
 

carwin a écrit
gwendal a écrit
hohun a écrit
Don't Look Up


Au bout de 10 minutes j'ai regardé ma moitié. Ma moitié m'a regardée. J’ai regardé ma moitié. Ma moitié m'a regardée.

Est-ce qu'elle t'a trouvée belle ? ;)


Baisse la tête :-)


mercredi
19 janvier 2022 à 17:11
 
 

Eiffel
de Martin Bourboulon





Pire qu'une merde, il est grotesque, tout est absolument grotesque.


Dernière modification le 01/04/22 à 23:37 par Pisto
vendredi
01 avril 2022 à 23:36
 
 

hohun a écrit
Don't Look Up

De la satire complètement vidangée. Quasiment aucune nuance, on dirait un fantasme de collégien révolté qui veut dénoncer à mort, et, sauf si j'ai raté un troisième niveau de lecture, le film finit par devenir ce qu'il critique. On te prend tellement pour un con qu'ils se sont sentis obligés de faire expliquer les "trucs subtils" tout haut par les personnages.

Un film paradoxalement assez condescendant.


Tu veux vraiment pas mettre d'affiche du film hein? tu m'obliges à te suivres, regarder les films que tu critiques pour la mettre !

Dont Look up
de Adam McKay



Ce film sans saveur, sans humour, sans finesse, sans intérêt montre encore une fois qu'une bonne idée n'a juste besoin d'un casting de fou pour monter les marches de la crédibilité et être adulé par la presse.

Car sur le papier l'idée est effectivement bonne: une satire de l'absurdité par la propagande tout azimut (réseaux sociaux, politique, scientifique, capitalisme, artistique..). On sent que les gens attendaient ce genre de film.. mais celui là précisément, vraiment ? Il rejoint par là des films tout aussi rares que mauvais comme Idiocratie (bon il est un peu marrant). Mais la satire, plus que la comédie, nécessite beaucoup plus de travail. Voilà le vrai défaut de ce film: c'est un premier jet, beaucoup trop dispersé et grossier. Et vu le CV de Adam McKay, fallait il en attendre mieux?

Dommage.

Par contre contrairement à Hohun, je ne le trouve absolument pas condescendant, c'est du 3eme degré à la sauce américaine.


Dernière modification le 07/04/22 à 16:17 par Pisto
jeudi
07 avril 2022 à 00:16
 
 

L'Autoroute (Take the 10) sur Netflix.

Lancé par hasard sur ma pause de midi. Beauf, vulgos, j'ai tenu 15 minutes.


jeudi
07 avril 2022 à 11:19
 
 

c'est un tread sur les "films" monsieur et non des poubelles de Netflix. Et tu vas mettre une photo non de non?? j'ai une mémoire visuelle moi !


jeudi
07 avril 2022 à 16:15
 
 

Selune
#1047 Budmo !

Pisto a écritEt tu vas mettre une photo non de non??


Tiens Hohun, je te mets même le lien :

url : https://fr.web.img3.acsta.net/pictures/17/01/16/15/09/221632.jpg


jeudi
07 avril 2022 à 19:04
 
 

hooo putain l'horreur.. sans odeur, tu vois que ça pue la merde


Dernière modification le 07/04/22 à 23:02 par Pisto
jeudi
07 avril 2022 à 23:02
 
 

Je vais pas me fouler à faire des efforts pour une bouse pareille !


vendredi
08 avril 2022 à 04:06
 
 


Répondre au sujet

Vous devez être identifié pour participer à ce topic.