l'asile.fr


4

Deneuve une patriarcate ou liberticate?

de Pisto , le 10 janvier 2018 à 18:23 - (bbc.com) - 23 commentaires
attention, troll et dialogue de sourds suivront.

Proposer une brève

Détail des votes

Il y a 5 pour et 1 contre. Ce qui fait au total 6 votes.

À lire cette semaine...

aller qui se lance?

des articles quotidien sont pourtant la pour vous aider

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/01/10/cachez-ce-sein-que-la-justice-ne-saurait-voir_5240038_1653578.html?xtor=RSS-3208


http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/01/10/la-tribune-de-deneuve-fait-reagir-au-dela-des-frontieres_5240067_3224.html?xtor=RSS-3208

Ce problème me semble comme un nœud mouillé, dont tu sais que tu pourrais défaire (qu'au fond, tout le monde est à peu près ok a part les violeurs et les mal baisés), mais ça à l'air tellement compliqué que t'as la flemme.


En tout cas rien à voir (ou presque) mais ce problème a bien mis en évidence la ligne éditoriale très "nationaliste" de F24.

Alors que le monde se galvanisait de cette lettre d'opinion, co écrite par l'actrice française la plus connue internationalement (un peu comme Cottilon), Hier F24 foutait ce sujet dans une nouvelle rubrique crée pour l'occasion nommé Revue de Presse, en évitant de nommer Deneuve ou n'importe qui d'autre, en manchette en bas à droite (alors que ça faisait la Une de la BBC).



Et alors qu'aujourd'hui CNN reprend le sujet,

http://edition.cnn.com/2018/01/10/europe/catherine-deneuve-france-letter-metoo-intl/index.html

F24 à l'air d'un vrai con et n'en parle même plus (oui ils avaient l'édito sur les maisons en sucre des artistes colombiennes à faire, c'est le quota "culturel".. ou un piston, va savoir)


jeudi
11 janvier 2018, 10:40
 
 

Deneuve, cette grosse bourgeoise qui a dû prendre le métro seule 2 fois dans sa vie et n'est jamais rentrée seule chez elle le soir à pied. Comme quoi être femme ne te permet pas nécessairement de statuer sur ton genre, c'est surtout une question de vécu et de réflexion.


jeudi
11 janvier 2018, 11:26
 
 

hohun a écrit :
Deneuve, cette grosse bourgeoise qui a dû prendre le métro seule 2 fois dans sa vie et n'est jamais rentrée seule chez elle le soir à pied. Comme quoi être femme ne te permet pas nécessairement de statuer sur ton genre, c'est surtout une question de vécu et de réflexion.


Toute naïveté mis de côté, l’empathie peut aider à comprendre un phénomène sans y être exposé. Et la dénuer de ce sentiment est un poil sévère.

Je pense surtout qu'elles ne parlent pas du tout de la même chose. La provocation "anti" est un peu bête de leur part (comme ceux qui étaient anti-charlie à l'époque) mais, s'arrêter sur ça comme certaines féministes repliés le font n'est pas malin et fait preuve de beaucoup de mauvaises fois.

Leurs réflexions sur la liberté et le retour au puritanisme est une vrai question.

Par exemple, je pourrais, si j'étais millionnaire et que ça à foutre, embauché une kyrielle d'avocat et d'expert et prouver scientifiquement que la vue d'un décolleté faisait irrémédiablement et de façon non consenti monter ma dose de dopamine et par là provoquer des sentiments dont je ne suis pas moteur.
Avec un peu de temps, prouver que le décolleter est donc une sorte d’agression visuelle. et hop, au nom de ne pas "heurter" (ici les hommes), tout le monde en Burka.

La liberté de tout, et même de parler, de s'habiller, ne va pas de soit contrairement à ce que tous les gens cons naifs de notre génération tendent à croire (c'est là que l'argument de l'âge qui est reproché à ces gens est à mon sens ridicule voire con, voire faux). La liberté, c'est lourd et compliqué à gérer.

Je suis tout à fait d'accord avec elles sur le point que le sujet du harcèlement sexuel professionnel a basculé, sans trop comprendre pourquoi, dans la morale d'un quotidien qu'on voudrait parfait.

Par exemple et je pense que ce fut aussi parti des pires malentendus que j'ai vu c'est lorsque en interviewant 2 jeunes "de banlieux wesh" sont interrogés sur la tenue vestimentaire d'une fille et qu'ils répondent d'un ton sarcèlien :

" Bah ouais faut pas s'étonner qu'elle se fasse violer après"

Bref l'argument repris et répéter pour bien expliquer que la majorité des hommes sont de potentiels violeurs et que spécialement dans les cités, fallait mieux courir vite.

Après avoir eu une brève lepeneffrite, je me suis demandé si ces jeunes ne voulaient pas dire "Nous on aime bien mais y'a des gens tarés dans les rues qui seraient, eux, capables de la violer, et donc en s'habillant comme ça, elle prend un risque"

J'en sais rien mais la limite du sens de la phrase est très trompeuse et ambiguë au possible (ça serait une première que 2 potentiels violeurs se confessent devant les caméras).


jeudi
11 janvier 2018, 11:50
 
 

hab bah voilà, la brigade de la morale est arrivé !

http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/01/11/la-tribune-signee-par-deneuve-est-l-expression-d-un-antifeminisme_5240249_3224.html?xtor=RSS-3208

Je vous laisse lire cet espèce de pamphlet de mauvaise fois

La domination masculine, qui existe depuis des siècles, est de plus en plus attaquée depuis le XIXe siècle, au nom de l’égalité des sexes. Le féminisme est un processus révolutionnaire en marche, mais fragile, qui change et changera nos sociétés de fond en comble. Il modifie par exemple la représentation que nous avons de la sexualité, nos fantasmes et nos comportements. Un changement aussi important ne peut pas faire l’unanimité. C’est une évolution nécessairement heurtée, qui provoque des réactions passionnelles.


sérieux?

la meuf qui a toujours pas compris que ce "changement" de comportement nous amène tout droit à la fin des relations humaines directes pour une sociabilisation virtuelle.

Allez les gens, faites vos saloperies sous Tinder, on veut plus rien voir dépasser dans la rue.

Le pire c'est que ces gens sont de bonnes fois, sans se rendre compte, au vu du quotidien de plus en plus désocialisant, dans quel enfer moral on risque de se retrouver.


jeudi
11 janvier 2018, 12:05
 
 

Tu me parais quand même un poil alarmiste. Je ne pense pas que les femmes ne désirent plus se faire draguer, seulement qu'il y a un contexte pour ça et que ça doit se faire de façon un minimum subtile ou en tout cas respectueuse.


jeudi
11 janvier 2018, 22:27
 
 

hohun a écrit :
Tu me parais quand même un poil alarmiste. Je ne pense pas que les femmes ne désirent plus se faire draguer, seulement qu'il y a un contexte pour ça et que ça doit se faire de façon un minimum subtile ou en tout cas respectueuse.



vendredi
12 janvier 2018, 01:12
 
 

La domination masculine, qui existe depuis des siècles, est de plus en plus attaquée depuis le XIXe siècle, au nom de l’égalité des sexes. Le féminisme est un processus révolutionnaire en marche, mais fragile, qui change et changera nos sociétés de fond en comble. Il modifie par exemple la représentation que nous avons de la sexualité, nos fantasmes et nos comportements. Un changement aussi important ne peut pas faire l’unanimité. C’est une évolution nécessairement heurtée, qui provoque des réactions passionnelles.

En fait je comprend ce texte, et je suis complètement d'accord.

La vision d'un homme sur une femme doit changer. Et ce n'ai pas les nouvelles générations élevées à regarder du porno sur YouPorn qui va relever le niveau.
D'après ce que l'on peut entendre des sexologues. A la première relation, des ados sodomise leur partenaire. C'est quand même une pratique que tu fais quand tu commence à bien te connaitre.
Et je ne parle pas du nombre de mec qui quand ils voit une belle femme avec un jupe un peux courte, la regarde comme de la viande et la traite de salope


- les fautes
vendredi
12 janvier 2018, 09:09
 
 

gwendal a écrit :
La domination masculine, qui existe depuis des siècles, est de plus en plus attaquée depuis le XIXe siècle, au nom de l’égalité des sexes. Le féminisme est un processus révolutionnaire en marche, mais fragile, qui change et changera nos sociétés de fond en comble. Il modifie par exemple la représentation que nous avons de la sexualité, nos fantasmes et nos comportements. Un changement aussi important ne peut pas faire l’unanimité. C’est une évolution nécessairement heurtée, qui provoque des réactions passionnelles.

En fait je comprend ce texte, et je suis complètement d'accord.

La vision d'un homme sur une femme doit changer. Et ce n'ai pas les nouvelles générations élevées à regarder du porno sur YouPorn qui va relever le niveau.
D'après ce que l'on peut entendre des sexologues. A la première relation, des ados sodomise leur partenaire. C'est quand même une pratique que tu fais quand tu commence à bien te connaitre.
Et je ne parle pas du nombre de mec qui quand ils voit une belle femme avec un jupe un peux courte, la regarde comme de la viande et la traite de salope


Oui on parle donc de discours archaïques mais la nouvelle génération n'aurait aucun respect parce qu'elle pratique la sodomie... bon je m'y connais pas (perso j'ai une trop grosse bite, personne n'a jamais voulu.) mais ça semble tellement paradoxale qu'on ne peut alors pas parler d’archaïsme justement...

Ensuite la comparaison entre belle femme en mini jupe et viande est faux. Personnellement je n'ai jamais été attiré sexuellement par un steak, même avec des frittes dessus.

La définition de la femme objet a un sens lorsque le corps de femme est exploité à des fins mercantiles: Femmes sur un stand auto, dénudés pour faire de la pub pour une assurance ou ce genre de chose (marrant, ce sujet n'a jamais été abordé).

Dans la vie réel, le fantasme de la femme objet, si il signifie, une femme que t'aurais envie de tringler, n'a aucune espèce de réelle connotation d'objet: en tout cas, les objets me font pas ses effets (sauf les mannequins en vitrine pour les sous vêtements si elles sont réalistes). Ou alors par transposition, on aimerait qu'elles nous traitent comme un objet et on l'assimile donc comme tel. J'aime pas ce terme de "femmes objets" employés dans cette situation car il est faux. Un connard qui traite de "salope" une femme qui ne répondrait pas a ses avances ne la voit pas comme un objet mais transmet sa frustration dans sa domination mâle et mysogine, et ça n'a rien à voir. Un homme sui séduit une femme pour la baiser, ne la traite pas comme un objet mais comme un coup du soir et c'est pas un OBJET, ou si oui, alors ce comportement est très réciproque du sexe opposée.

Un Homme ou Femme objet pour moi a plus de sens dans la vision esclavogeo-économique du monde. Une homme qu'on envoit à la Guerre, c'est un homme objet, Une femme enfermé à faire de la couture 10h/jour pour un salaire de merde, c'est une femme objet. Voilà la vrai définition.

Ha ouais, le courant féminisme va changer la "sexualité" ? nos "fantasmes"? Je sais pas si c'est de la bêtise, de l'ignorance philosophique ou physiologique de sortir de telles conneries. On va faire quoi? prendre des contre-hormones pour arrêter de regarder des culs? Et elles aussi pour arrêter de regarder de tous les côtés (z etes pas naifs quand même) ? faire des thérapies de choc pour "changer" de fantasmes? Hahah on remettra la goût vestimentaire archaique avant même qu'on pense à d'autres manières de faire, et ça viendra peut être même pas des hommes !

Ce discours est loin loin de la diversité des réalités sexuelles masculines, mais encore plus féminines . Heureusement d'ailleurs. Ca me fait peur.

Apprendre à gérer la frustration, normalement c'est à 7 ans et c'est ensuite ces relations d’ambiguïtés sexués, d'attirance et de séduction qui forgent et qui animent un peu près tout notre vie (d'ailleurs tu fais des gamins en grande partie parce que c'est fatiguant d'y penser sans arrêt).

Y'a une grande différence entre apprendre le respect et brider les moeurs.

Pour moi le problème ne se résoudra même pas dans l'éducation, car faut pas rêver, y'a beaucoup trop d'enjeux sociologiques à régler avant.

Le problème se résoudra avec la parité du pouvoir, dans tous les secteurs. Parce que quand t'as du pouvoir et que 50% de tes vrais collègues hiérarchiques sont des femmes, bah inconsciemment tu t'amuses moins à essayer de les dominer (enfin j'imagine).

mais t'aurais toujours des gens irrespectueux qui traiteront les femmes dans la rue ou ailleurs, comme toujours des cons qui voudront se foutre sur la gueule etc. . Car la violence est indissociable à la liberté. Bon après je trouve que le terme "importuner" n'est pas judicieusement utilisé car il est péjoratif par définition et si c'était pour provoquer c'est con.

On en reparle dans 10 ans.


vendredi
12 janvier 2018, 09:50
 
 

Aller, bah ils les enchainent leurs experts sur le domaine

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/11/lea-clermont-dion-la-troisieme-vague-du-feminisme-est-tout-sauf-conservatrice-ou-puritaine_5240252_3232.html?xtor=RSS-3208

ils ressortent la loi

« Les signataires banalisent les agressions sexuelles »

De plus, faut-il rappeler aux signataires de la lettre quelques notions juridiques ? L’agression sexuelle est un délit puni par les articles 222-27 à 222-30 du code pénal qui se définit comme suit : « Constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise. »

Autrement dit, l’agression sexuelle peut en effet comprendre des attouchements sexuels, des baisers forcés, des caresses non consenties.


Donc en gros si tu touches le cul de quelqu'un ça pourrait être mis sur le même plan que lui caresser la main ou le bras?

Ils utilisent l'ouverture que toute loi a, pour laisser aux juges une liberté d'action suivant les cas, ce qui est normal. C'est pas jojo.

Et une tentative de baiser, est ce un baisé forcé? un regard langoureux et fixe ? un attouchement d'épaule?

Comme si les 100 signataires remettaient en cause les valeurs fondamentales d'égalités. Faut arrêter de les prendre pour des connes 2 secondes et ouvrir les yeux, que dans cette révolution 2.0 nécessaire (qui a eu son lot de victimes collatérales aussi), les conservateurs ont ou vont vite prendre le train en marche, appuyé bien involontairement par tout un marché de RV ..

Je crois qu'on mélange trop de problème :"irrespect quotidien et anonyme, abus d'autorité, drague lourde, viols" dans un grand gloubiboulga dont les principaux protagonistes pourraient tous se mettre d'accord. Mais ces malentendus augmentent tellement la limite de l’ambiguïté entre moral et respect, que dans cette brèche ouverte, va y sortir de la moisissure.

L'enfer est toujours pavé de bonnes intentions.

Et franchement c'est lache de la part du Monde d'avoir publié cette lettre et qu'après qu'elle ait dépassé le cadre nationale, se sente obligé de publier 10 discrédits par jour, de n'importe quel autorité pour se couvrir.


vendredi
12 janvier 2018, 14:59
 
 

Oui et non, ce n’est pas un article mais une tribune. Dont le principe est justement de ne pas refléter la ligne éditoriale du journal.


Être pris pour un imbécile par un parfait idiot est un plaisir de fin gourmet.
samedi
13 janvier 2018, 16:44
 
 

Pisto a écrit :
De plus, faut-il rappeler aux signataires de la lettre quelques notions juridiques ? L’agression sexuelle est un délit puni par les articles 222-27 à 222-30 du code pénal qui se définit comme suit : « Constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise. »

Autrement dit, l’agression sexuelle peut en effet comprendre des attouchements sexuels, des baisers forcés, des caresses non consenties.

Donc en gros si tu touches le cul de quelqu'un ça pourrait être mis sur le même plan que lui caresser la main ou le bras?

Ils utilisent l'ouverture que toute loi a, pour laisser aux juges une liberté d'action suivant les cas, ce qui est normal. C'est pas jojo.

Et une tentative de baiser, est ce un baisé forcé? un regard langoureux et fixe ? un attouchement d'épaule?


Selon une enquête publiée en 2016 par l'Institut national d'études démographiques (INED) et intitulée "Violences et rapports de genre" (Virage) environ 600 000 femmes pour 200 000 hommes seraient victimes de violences sexuelles chaque année. Distinguant agressions sexuelles et viols, l'étude rapporte qu'une femme de moins de 35 ans sur vingt est chaque année agressée sexuellement. Et estime que ce chiffre est certainement à la hausse, en raison de la sous-déclaration récurrente des victimes sur le sujet : ce serait alors plusieurs millions de femmes qui seraient concernées.

Selon cette même étude, 62 000 femmes en sont victimes chaque année de viol et de tentative de viol, ce qui représente 96% du total des victimes. Enfin, les violences sexuelles ont lieu dans toutes les sphères. Ainsi 1/3 des viols se déroulent dans le cercle familial, tandis que plus de la moitié des agressions prennent place dans l'espace public.


C'est simplement cela le problème. Et cela ne peut plus durer. Donc soit on laisse continuer, soit on devient plus dur. Et à mon point de vue, il est plus urgent de devenir plus dur.


- les fautes
samedi
13 janvier 2018, 17:38
 
 

je crois qu'on est en plein dans ce malentendu.

Je pense que le MeToo était à la fois, révélateur (exposait clairement que ce type de pb ne touchait pas une classe sociologique en particulier mais toute), nécéssaire pour une prise de conscience de tous les problèmes que tu exposes.

Mais le revers de la médaille, car il y en a toujours, c'est qu'après ce joli discours qui, avouons le, n'est pas un petit problème mais touche une large partie de société, si il n'est pas carrément systémique, certains auront coeur de poser quelques solutions puritanismes draconiennes. Car je veux pas faire mon pessimiste de base, mais j'en vois pas 36 des solutions pour éradiquer tous ces maux.

Et ce puritanisme mélangé à une diminution croissante des rapports sociaux via les plateformes virtuelles, peut amener à des révolutions sociétales qu'on est encore loin d'imaginer.

Ensuite, et c'est le 2eme point intéressant soulevé, qui est pour moi du pure machiste de base, ses racines mêmes est la condescendance. Et je prendrais pas d'exemple car les articles, mêmes complets, ne peuvent pas retranscrire le contexte avec fidélité mais j'ai quand même fait quelques tics sur les affaires ramadan ou james franco.

Je pense que c'était le fondement de la lettre des 100, qu'il faut faire attention de tous côtés. Après j'avoue qu'elle est très maladroitement tournée, non on importune pas les gens, mais même sans drague, on importune pas.


CnE² a écrit :
Oui et non, ce n’est pas un article mais une tribune. Dont le principe est justement de ne pas refléter la ligne éditoriale du journal.


J'ai pas dit que ça refletait, heureusement d'ailleurs. Mais on a bien vu, qu'à l'ampleur que cette tribune a suscité au niveau national et international, qu'une couverture quasi immédiate s'est instauré pour essayer de garder le controle. Mais où est Charlie?


dimanche
14 janvier 2018, 00:36
 
 

Je suis d'accord avec Pisto.


D'un coté des vieilles qui défendent une forme de drague un peu lourde sans aller jusqu'au harcèlement, qui n'était pas vraiment attaqué, juste ringarde, c'est à coté du sujet, mais pas bien méchant.
De l'autre des "féministes" qui font semblant d'y avoir lu une autorisation de violer et de harceler, exagération, caricature, grandiloquence, on est dans le grand guignol, on croirait des militants "insoumis".

Catherine Millet en plein délire sénile...
Le fait d'avoir défendu Polanski n'aide pas vraiment Catherine Deneuve.
J'y vois surtout beaucoup d'hystérie.


Et les jeunes en bas de chez moi dont la drague consiste à cracher des insultes et se donner des coups de pieds.

Je suis vieux et fatigué, blasé.


dimanche
14 janvier 2018, 11:39
 
 

La drague un peu lourde n'est pas à côté du sujet, c'est même en plein dedans. C'est qualifié comme du harcèlement par beaucoup de femmes (et d'hommes), pas nécessairement à cause de l'acte en lui-même, mais de sa fréquence. C'est un truc qui finit par taper sur le système, de prendre les transports en commun ou se balader dans la rue en ayant une forte chance de se faire accoster. Exemple : ça arrive à ma sœur plusieurs fois par mois, et c'est arrivé bien plus d'une fois à toutes les filles avec lesquelles j'ai discuté (et en 30 ans j'en ai parlé à un certain nombre). Ça parait rien comme ça mais multiplie par tous les mois de ta vie...

Les vieilles ont perdu les pédales parce que ce sont des vieilles bourges qui ne vivent plus comme la femme moyenne mais se croient encore pertinentes.

L'homme, à titre de comparaison, pourra se rendre en Amérique du sud et voir s'il ne se sent pas harcelé au bout de la 20ème fois par jour que quelqu'un l'accoste pour lui vendre un truc.


dimanche
14 janvier 2018, 15:13
 
 

hohun a écrit :
La drague un peu lourde n'est pas à côté du sujet, c'est même en plein dedans. C'est qualifié comme du harcèlement par beaucoup de femmes (et d'hommes), pas nécessairement à cause de l'acte en lui-même, mais de sa fréquence. C'est un truc qui finit par taper sur le système, de prendre les transports en commun ou se balader dans la rue en ayant une forte chance de se faire accoster. Exemple : ça arrive à ma sœur plusieurs fois par mois, et c'est arrivé bien plus d'une fois à toutes les filles avec lesquelles j'ai discuté (et en 30 ans j'en ai parlé à un certain nombre). Ça parait rien comme ça mais multiplie par tous les mois de ta vie...

Les vieilles ont perdu les pédales parce que ce sont des vieilles bourges qui ne vivent plus comme la femme moyenne mais se croient encore pertinentes.

L'homme, à titre de comparaison, pourra se rendre en Amérique du sud et voir s'il ne se sent pas harcelé au bout de la 20ème fois par jour que quelqu'un l'accoste pour lui vendre un truc.
ll

Le harcèlement de rue dont tu parles est un des nombreux problèmes exposés et malgré leurs apparentes ressemblances, ils n'ont rien à voir. De celui ci on en a d'ailleurs que très peu parlé, contrairement aux harcèlements "professionnels".

Pour que ce type de harcèlement s'estompe, il faut une vrai campagne de sensibilisation dans les transports et la rue pour que leurs auteurs s'y perçoivent de façon grotesque et ridicule. Mais y'en a t il eu? oui des petites qui ne servent à rien du tout ou encore un déplacement débile du problème sur des sujets comme le man spreading.

Pourquoi pas également faire des courts de théatre dans les lycées, en jouant toutes sortes de situation quotidienne. Ce genre de culture directe, personnelle peut etre un bon vecteur du vivre ensemble.

Parce que bon, balancer les mecs qui se sont mal comportés étaient peut être un début obligatoire (autre sujet puisqu'il relevait quasi uniquement du harcèlement pro) mais maintenant.. que font les pouvoirs publiques pour prendre la relève ou même ces féministes en avant garde? bah pas grand chose si ce n'est une vaine tentative naive d'essayer de légiférer l'ingiférable voire d'exposer le problème comme si il était profondément masculin.

Mais voilà, ça c'est un sujet particulier.


dimanche
14 janvier 2018, 15:54
 
 

Il y a en effet plusieurs sortent de harcèlement, et qui ne doivent pas être traité de la même façon.
Un type qui est capable de violer ou de frapper une femme ne sera même pas concerné par le discours des féministes.
Un type qui aborde une femme en lui disant. Tu es bonne mademoiselle n'est pas concerné non plus en effet.
Donc il reste comme toujours des mecs un minimum éduqués, et c'est de cela que l'on parle, mais en fait c'est une minorité.
Donc en effet les féministes luttes dans une bataille déjà perdue.


- les fautes
dimanche
14 janvier 2018, 19:11
 
 

Je pense pas que la bataille soit perdue, ni même qu'il faille parler de bataille.

Je préfère les idées pragmatiques, et pas celles qui se veulent moralisatrice sans même comprendre de quoi on parle.


dimanche
14 janvier 2018, 19:27
 
 

Je pense que notre société, par certains aspects encore primitive, a besoin de la thérapie de choc pour avancer. Les balancetonporc sont, je pense, un mal, mais un mal nécessaire, car c'est comme ça qu'on fait progresser les mentalités dans une civilisation encore bien idiote pour ce qui est des rapports humains.


lundi
15 janvier 2018, 01:28
 
 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/01/14/catherine-deneuve-presente-ses-excuses-aux-victimes-d-actes-odieux-qui-ont-pu-se-sentir-agressees-par-la-tribune_5241610_3224.html?xtor=RSS-3208

C’est parce qu’elle a senti la « nécessité de précisions » que la célèbre actrice a choisi de réexpliquer sa position, qui a fait l’effet d’une bombe. A contre-courant de l’élan né de l’affaire Weinstein, le texte affirmait ainsi que « la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste » et déplorait un risque de « puritanisme ». De nombreuses femmes ont vu dans cette tribune une « banalisation des violences sexuelles », et un « mépris aux femmes ».


faut lire ce paragraphe plusieurs fois en définissant bien tous les mots pour ce rendre compte de toute sa bêtise.

Mais bon elle a fait ses escuses en forme de mea culpa banana publique. Merci Catherine, c'est vrai qu'il faut s’excuser quand on on dit et pense que la "drague maladroite" n'est pas un crime.

Messieurs, veuillez draguer ADROITEMENT je vous pris ! HEIL !

Et mesdames continuez donc à draguer euh.. de manière.. euh.. les femmes ça draguent ou pas? comment qu'on fait? on doit dire quoi?

Tout le monde sait pertinemment que personne ne parlait de la même chose mais dès que y'a un poil d'émotion, les gens se braquent comme un tonfa bien dure et te la fou au cul.


lundi
15 janvier 2018, 09:36
 
 


mardi
16 janvier 2018, 23:27
 
 

Je vais mettre ça là, au cas où ça dit à quelqu'un de le lire au lieu d'avoir une discussion bien sympa entre mecs (pas forcément mal informée, mais tout de même).

http://www.katykatikate.com/2018/01/not-that-bad_15.html


vendredi
19 janvier 2018, 23:08
 
 

Et puis bon, tant qu'on y est : http://www.everywhereist.com/the-ambiguity-of-graces-story-is-precisely-why-we-need-to-talk-about-it/


dimanche
21 janvier 2018, 22:59
 
 

Ceacy a écrit :
Et puis bon, tant qu'on y est : http://www.everywhereist.com/the-ambiguity-of-graces-story-is-precisely-why-we-need-to-talk-about-it/


Ce texte explicite particulièrement bien pourquoi le mouvement est incriticable: pour la bonne raison que chacun(e) lui donne a définition qu'il elle veut.

Peut on se défaire de ce slogan? j'ai l'impression de revivre "je-suis-charlie-mais-Assange-je-connais-pas-trop", en pire.

On est bien dans une société de pub et de slogan qui lisse l'intellect, pas de doute.



---

http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/01/24/harcelements-violences-sexistes-quelle-responsabilite-pour-le-porno_5246434_3224.html?xtor=RSS-3208

On rappelle rapidement que la totalité des personnalités impliquées dans les "révélations nouvelles" (comme ils le disent) ont toutes plus de 40 ans et donc n'ont pas grandi avec cet univers cathartiques de p0rno à profusion.


Donc, ma question est; où est le rapport?

Par contre on a tous grandi avec des images de fille à poil pour vendre de la lessive.


mercredi
24 janvier 2018, 16:25
 
 


Ajouter un commentaire

Vous devez être identifié pour poster un commentaire.

# 19:25:27
(gwendal) Si on veut réellement régler le problème on supprime les panneaux radars et on fixe les amendes à 500 euros et retrait de permis direct pour le moindre dépassement.
# 19:23:14
(gwendal) Le bourrin de base devient un monstre au volant, où il peut passer toute ses frustrations. L'exemple c'est le matin quand les flics ne sont pas de sortie. Les mecs roulent comme des dingues.
# 19:20:31
(gwendal) En fait il n'est pas utile de passer à 80 pour les motifs que tu viens d'indiquer. Un connard à 50 ou à 130 reste un connard au volant.
# 18:44:01
(hohun) (inutile de vous dire que je suis le plus grand chantre des voitures automatiques. je suis absolument pour couper la liberté de conduite vu comment les gens ont prouvé leur manque d'empathie)
# 18:42:04
(hohun) Vu comment les gens deviennent des fils de pute quand ils sont au volant, je suis pour une réduction pour qu'ils prennent plus cher quand ils se feront invariablement flasher
# 18:41:09
(hohun) Un kilomètre de plus et je m'arrêtais pour engueuler cette sale fin de race
# 18:40:49
(hohun) L'aut' jour à Bayonne, je me suis fait klaxonner sur 5 km par un trou du cul qui était rageux que je sois à 70 km/h sur une route limitée à 70 km/h
# 18:39:59
(hohun) Du coup j'en déduis qu'un très grand nombre de gens sont des enculés au volant, mais ils étaient déjà hors-la-loi avant alors pourquoi ils gueulent ?
# 18:39:34
(hohun) je comprends pas tous ces gens qui ragent sur le 80 km/h. De mon expérience de la route, je me fais systématiquement coller au cul et klaxonner si je reste à la limite de vitesse
# 15:24:21
(LeChat) 15:21:34 :*
lire la suite de la tribune